Peurs

Il faut distinguer une peur handicapante et une phobie. La phobie se délenche de façon immédiate alors qu’une peur peut se développer progressivement. Quelqu’un qui a peur de parler en pulic par exemple, peur très courante, peut commencer à stresser plusieurs jours avant la prise de parole quand il sait que celle ci va avoir lieu. Une phobie est incontrôlable alors que très souvent les gens essayent de contrôler leur peur et y arrivent jusqu’à un certain point (par exemple le stress des jours précédant la peur peut être diminué voire totalement enlevé sans que la personne ait besoin d’une aide extérieure).

La phobie est pratiquement mécanique, un certain stimuli la provoque dans toutes les situations. Une peur dépend souvent du contexte (auriez-vous peur de parler devant un groupe d’enfants?), de l’état psychique (fatigue, énervement etc.) et peut évoluer d’elle-même (par exemple une agoraphobie, qui n’est pas à proprement parler une phobie, peut s’intensifier au cours du temps et devenir de plus en plus gênante).

La peur met en jeu un processus mental assez complexe, une personne qui parle devant une foule peut imaginer les regards sur elle, se dire qu’ils la trouvent nulle, puis ressentir une peur qui augmente de plus en plus. La partie rationnelle d’une personne n’est pas court-circuité comme c’est le cas pour une phobie, c’est pour cette raison que on a un certain contrôle sur ses peurs.

Le but de l’hypnothérapie va être de décortiquer le processus mental en jeu et de proposer à l’inconscient de remplacer certains éléments de ce processus par d’autres choses pour enlever la peur finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *