Qui suis-je?

portrait3

Maximilien Chagnon, je découvre l’hypnose en 2008 alors que je suis ingénieur en cryptographie en suivant un colloque où intervient Kevin Finel, président de l’ARCHE (Académie de Recherche et de Connaissance en Hypnose Ericksonienne).

J’avais toujours été intrigué par l’hypnose mais je n’avais jamais rencontré quelqu’un pratiquant cette discipline. Suite à cette rencontre je décide de suivre la formation dispensée par l’ARCHE mais dans un but purement personnel, je ne pensais pas devenir professionnel à cette époque. Et puis les années passant et après l’obtention de mon diplôme de praticien en hypnose ericksonienne délivré par l’ARCHE et de multiples stages sur les différentes facettes de l’hypnose comme l’hypnose classique, l’idée d’en faire mon métier s’est peu à peu installée. En effet, j’ai depuis plusieurs années l’impression de faire un métier plus proche de l’ingénierie par la pratique de l’hypnose que par l’activité qui est souvent proposée à beaucoup d’ingénieurs en entreprise. Comprendre comment la personne voit le monde, quelles sont ses stratégies mentales qui font que sa manière de penser est unique. Explorer avec elle un chemin, revenir en arrière, emprunter un autre chemin pour qu’elle atteigne ses objectifs personnels alors qu’elle les pensait inatteignables, voilà ce qui me motive dans la pratique de l’art de l’hypnose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *